Par Willy  Bashiya Mbayi

Introduction

Les entreprises mondialement sont et seront inévitablement affectées, à court et moyen terme, par la pandémie de coronavirus (« Covid-19 »). La baisse des prix des matières premières due à la chute de la demande en Chine, les restrictions de voyage, les quarantaines des villes et provinces, le confinement des individus de gré ou de force à leurs domiciles et la réduction de la mobilité professionnelle affectent l’offre de biens et de services pour des centaines de millions de personnes dans le monde.

La pandémie de Covid-19 est complètement différente de la crise financière de 2008 qui a touché le secteur financier et qui s’est répartie sur d’autres secteurs. Il maintient tout au point mort ou, à tout le moins au ralenti, pour plusieurs mois. Personne ne sait projeter avec précision combien de temps perdura cette situation. Mais, les prochains mois permettront d’évaluer les dommages réels à l’instar de l’emploi tant que le nombre des demandes d’assurance chômage aux États-Unis au courant de la semaine du 8 mars étaient déjà de 282000. Nous allons certainement voir un niveau d’endettement élevé et négatif sur la liquidité financière des banques. Le système de santé et les pertes de travailleurs médicaux qualifiés, les effets négatifs du système éducatif et les contentieux pour force majeure conduiront les avocats d’affaires à faire des heures supplémentaires pour protéger les intérêts de leurs clients.

I. Comment les dirigeants et le monde des affaires peuvent-ils gérer la crise du Covid-19 ? 

Du point de vue économique et de la stratégie juridique d’entreprise, la « boîte à outils » doit être élargie. Les entreprises doivent travailler en étroite collaboration avec des avocats d’affaires pour obtenir des avis juridiques sur des contrats clés et essentiels de leurs business tels que le contrat de bail, le compte à payer, le contrat d’assurance, ou encore, l’extension des prêts, le recouvrement des créances en cas de force majeure et la renégociation- des termes et conditions.

De même, les entreprises devront recourir à leurs avocats pour obtenir des avis juridiques devant leur permettre de décider sur le maintien, la suspension et/ou la résiliation unilatérale ou de commun accord, selon les cas, des conventions de joint-venture, d’exploration, d’exploitation et de commercialisation des ressources minières, pétrolières et gazières ainsi que les différents accords sur les infrastructures énergétiques, aéroportuaire, portuaires, de chemins de fer et autres infrastructures.

Dans ce contexte exceptionnel, la meilleure option pour maintenir les entreprises rentables à un certain seuils consiste à utiliser efficacement les nouvelles technologies pour réduire certaines dépenses d’exploitation telles que la location de bureaux en minimisant l’utilisation de grands bureaux avec des vidéoconférences virtuelles, des services en ligne et le travail à distance. Les dépenses de marketing peuvent être très bien optimisées grâce à l’utilisation des médias sociaux, des réseaux en ligne et des webinaires.

Les chefs d’entreprise doivent rester calme et maintenir une perspective à long terme. À court terme, les gouvernements du monde entier adoptent des lois et accordent des incitations telles que des crédits pour le salaire, des exonérations fiscales, l’État de New York mettra en place un moratoire de 90 jours sur les délogements de locataires résidentiels et commerciaux. À moyen et long terme, l’économie africaine dans les nouvelles technologies, les infrastructures de santé, l’industrie énergétique et d’autres secteurs clés offrira une énorme opportunité aux fournisseurs et aux investisseurs du monde entier.