A travers le Décret gouvernemental n°2018-672 du 7 août 2018, le chef du gouvernement tunisien a fixé le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) dans les secteurs non agricoles régis par le code de travail pour les travailleurs des deux sexes âgés de 18 ans au moins.

Ce décret prévoit un salaire de 378,560 dinars pour les travailleurs soumis au régime de 48 heures par semaine et 323,439 dinars pour ceux soumis au régime de 40 heures par semaine et ce, pour les salariés payés au mois.  Par ailleurs, les salariés payés à l’heure bénéficient d’un SMIG de 1820 de millimes pour ceux soumis au régime de 48 heures par semaine et, 1866 pour ceux soumis au régime de 40 heures par semaines.

Le salaire minimum interprofessionnel garanti dans les secteurs non agricoles, tel que fixé ci-dessus comprend l’indemnité complémentaire provisoire dans les secteurs non agricoles régis par le code du travail, instituée par le décret n° 81-437 du 7 avril 1981 et majorée par le décret n° 82-501 du 16 mars 1982.

Cependant, Les travailleurs rémunérés à la tâche, à la pièce ou au rendement et qui, en contrepartie du rendement normal, perçoivent un salaire égal au salaire minimum interprofessionnel garanti, bénéficient d’une majoration de salaire selon un montant leur permettant, en contrepartie du rendement normal, de percevoir le salaire minimum interprofessionnel garanti, tel que fixé par l’article premier du présent décret gouvernemental. Toutefois, les jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans ne peuvent en aucun cas percevoir un salaire inférieur à 85% de celui du travailleur adulte.

Le décret sous examen prévoit un régime répressif contre les employeurs qui contreviennent à ses dispositions.

Lire le Décret gouvernemental n°2018-672 du 7 août 2018

Par Davys Marvell MACKAYA