Le Président de la République du Gabon, par son Décret n°000153/PR/MITPAT du 17 mai 2018 (le décret) , a fixé les statuts de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI ou l’agence).

L’ANGTI est un établissement public à caractère industriel et commercial, dotée de la personnalité morale, de l’autonomie de gestion administrative et financière, ayant son siège à Libreville. Elle est placée sous la tutelle technique du Ministère en charge des Infrastructures et des Travaux Publics, sous la tutelle économique du Ministère en charge de l’Économie et sous la tutelle financière du Ministère en charge des Comptes Publics.

Elle est chargée de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de grands projets d’infrastructures. Dans ce cadre, elle veille à la mise en œuvre du Schéma Directeur National des Infrastructures, assure le contrôle technique de l’exécution des grands projets de construction, d’entretien et de réhabilitation des infrastructures de l’Etat classées prioritaires etc.

L’Agence dispose d’une part, d’un guichet Entretien, destiné exclusivement à assurer le financement et le paiement des dépenses liées à l’entretien et à la réhabilitation des infrastructures et d’autre part d’un guichet Grands Travaux, destiné exclusivement à assurer le financement et le paiement des dépenses liées à la construction des infrastructures nouvelles.

L’ANGTI est dirigée par trois organes que sont  le Conseil d’Administration comme organe d’orientation et de délibération, la Direction Générale en tant qu’organe exécutif et la Trésorerie Spéciale au titre de poste financier et comptable principal. 

Le personnel de l’Agence est composé d’agents publics en détachement et d’agents recrutés dans les conditions du droit privé régis par le Code du Travail. 

L’Agence est financée essentiellement par les dotations du budget de l’État, les ressources propres, toutes autres ressources affectée et les concours des partenaires au développement etc.

Pour accéder à l’intégralité du texte de ce décret, merci de cliquer ici

Par MAFAMVULA NKELE Jimmy