“Remettre le Ghana au travail”

317

Le ministre des Finances de la République du Ghana a déposé devant le Parlement l’Exposé du budget et la politique économique 2018 (budget). Le budget a été présenté le 15eme jour du mois de novembre 2017 sous le thème « Remettre le Ghana au travail ».

En effet, le budget sur la performance macroéconomique de 2017 indique que le produit intérieur brut (PIB) réel global à partir de juin devra être de 7,8 % ; le PIB réel non pétrolier à partir de juin devra être de 4,0 % ; l’inflation en fin de période à partir d’octobre devra être de 11,6 % ; le déficit budgétaire global en trésorerie en pourcentage du PIB à partir de septembre devra être de 4,5 % ; le solde primaire à partir de septembre de 0,3 % ; le solde du compte courant à partir d’août de 0,2 % ; les réserves internationales brutes (couverture des importations) à partir de septembre de 3,9 % et le déficit prévu en fin d’année de 6,3 %.

Par rapport au budget 2017, le secteur de l’agriculture a connu une croissance de 4,3 % ; l’industrie de 17,7 % et les services de 4,7 %. 

L’évolution du taux d’échange pour 2017 selon le budget pour amortissement Cedi / Dollar est de 4,0 %.

Le budget décrit en détail l’évolution du taux d’intérêt pour 2017. Pour les premiers 91 jours, il est de 13,2 % ; pour 182 jours il est de 14,1 % ; pour 1 an, il est de 15,0 % ; la moyenne interbank est de 20,94 % et la moyenne du taux d’intérêt débiteur pour les banques de dépôt (DMBS) est de 28,97 %.

 Les initiatives stratégiques pour 2018 sont couvertes par le budget. Elles comprennent : le programme Akufo-Addo pour la transformation

économique (Aapet); les initiatives du secteur financier ; les initiatives stratégiques du secteur de l’énergie ; les mesures concernant les revenus ; le Fonds de contributions volontaires à l’éducation et la politique nationale de promotion du gaz de pétrole liquéfié (GPL).

Le budget traite aussi la question liée aux réformes du tarif de l’électricité (baisse) ; les quartiers résidentiels à 13 % ; les non résidentiels à 13 % ; le tarif spécial de dépassement – basse tension 13 % ; le tarif spécial de dépassement – tension moyenne 11 % ; le tarif spécial de dépassement – haute tension 14 % et haute tension mines 21 %.

Pour lire le budget, cliquez ici

Par Kwabena Kwarteng




Laisser un commentaire