Le Nigéria s’assure de l’accessibilité de l’information à tous

105

Par la loi n° 19 de 2003 votée le 8 juillet 2003, le Parlement nigérian légiférait sur le secteur de la communication. En effet, en son article 3, cette loi avait créé « la Commission de communication nigériane » ayant pour mission de faire appliquer ses dispositions en prenant des règlements dans ledit secteur.

Cependant, le 16 janvier 2012, cette commission, dans son arrêté S. I. n° 3, a pris des mesures sur la qualité des services rendus par les fournisseurs de communication, la tarification et les charges des bénéficiaires de service de communication.

Ladite commission s’est attelée à promouvoir les intérêts tant des bénéficiaires que des fournisseurs de ces services. Elle s’est attaquée à certaines pratiques déloyales dans le domaine de la communication. Cet arrêté a fondamentalement relevé la déficience apparente pour certains fournisseurs de service, renforcer et encourager le changement approprié pour la satisfaction des bénéficiaires.

L’arrêté S. I. n°3, tout en exigeant la qualité de la communication, encourage la constance et le respect des conditions de travail conformément à la loi nigériane sur la communication. Les fournisseurs dudit service doivent rendre l’information accessible à tous et informer la communauté de l’existence de tout fournisseur d’autres services utiles. Cet arrêté encourage la performance et l’esprit compétitif dans la créativité des réseaux des communications. De cette façon, le secteur de la communication pourra assurer le développement et le marché de communication dans toute la fédération nigériane. De plus, il est relevé que ce secteur ne peut atteindre ces objectifs que s’il s’inscrit dans le respect de standard international de communication.

Le gouvernement nigérian en encourageant la commission de communication dans ce sens, rend l’élément essentiel des facteurs déterminant du développement disponible à tous les citoyens nigérians, à savoir, la communication. L’arrêté investit la commission de la responsabilité de faire des recherches, d’analyser et contrôler tout ce secteur de communication dans le but d’établir le requis obligatoire de la communication. Les investigations peuvent être faites, les vérifications de reportages et enregistrements pour s’assurer de l’exactitude de l’information.

Par conséquent, la commission doit s’assurer des contreventions et que les mesures adéquates sont prises contre les contrevenants comme le stipule l’arrêté sous examen.

Pour lire cet arrêté, cliquez ici
Disponible en anglais seulement. Si vous avez besoin de sa traduction, veuillez écrire à mailto:translation@juriafrique.com

Par Félicien Mukendi Nzala




Laisser un commentaire